Interview #1 : Nadim

Interview #1 : Nadim

Cook&Run c’est aussi des copains et des copines, des gens rencontré au cours de runs, autour d’une discussion enflammée pour savoir quel est le meilleur restaurant, pour savoir quelles pompes il faut mettre pour un marathon, ou encore pour un 10km, mais aussi pour parler de truffes au chocolat ou encore du trop de sel dans le risotto de tel resto. Bref ici j’ai décidé de mettre en avant les gens qui m’entourent et qui me motivent a poursuivre le running comme la cuisine. 

11267920_10206535590528141_1133864981_nOn commence avec Nadim, Co-leader de la team #boostsentier, il n’est jamais avare d’une bonne blague ou d’un encouragement. D’ailleurs s’il a la voix éraillée quand il vous parle, ce n’est pas parce qu’il a pris une cuite la veille, c’est parce qu’il a crié dans le mégaphone sur ses copains pendant toute la course.

Nadim c’est aussi celui avec lequel j’ai commencé à prendre du « plaisir » sur les fractionné. Alors il fallait que je vous fasse découvrir ce mec.

-Hello Nadim, avant de commencer cette interview, peux tu te présenter pour les lecteurs qui ne te connaissent pas ?

Hello tout le monde, je m’appelle Nadim, j’entame tout juste ma vingtaine et je suis encore étudiant en communication à Sciences Po. J’ai rencontré Hippolyte (ou plutôt ses truffes au chocolat blanc, bien plus fondantes que lui) au sein du groupe de running BoostSentier.

– Comment et pourquoi es tu venu à la course à Pied ?

Là où les cross du collège en traumatisaient certains, je devais être déjà un peu maso car j’y’prenais beaucoup de plaisir. Les cross sont des courses assez techniques du fait des côtes à tout-va et du terrain toujours boueux si ce n’est enneigé, mais quand même!, ce sont des courses plus ludiques que celles sur piste pour commencer l’athlétisme.
Mon 1er vrai sport est le volley mais c’est avec l’athlé que j’ai trouvé le sport individuel qu’il me fallait pour me dépasser. J’en ai fais pendant 8 ans, jusqu’en 2013 et je continue à m’entraîner aujourd’hui 11289726_10206535590768147_1221479478_nsans être dans un club.
Je dois avoir ça dans le sang aussi vu que de ma soeur à mes cousins, tout le monde court en club et fait des compétitions.

– Qu’est ce qui continue a te fait courir ? les filles ou le culte du corps ?

Je lisais récemment que le profil du marathonien plaisait pas mal aux filles. Ne me demande pas pourquoi je fais un marathon l’année prochaine …
Pour le culte du corps, la course à pied ce n’est clairement pas le bon sport. Pour preuve, mes cuisses sont deux fois plus larges que mes bras haha !

– Ton premier fait d’armes?

Ma victoire sur un 3km la première année en club d’athlétisme (avec l’UMS Pontault :b #cassedédi).

– Le fait d’armes dont tu es le plus fier ?

Pour parler d’une course récente, je dirais d’avoir fini le Noctiraid après 7h d’effort et quelques 65 kilomètres de VTT, course et canoë dans la Vallée de Chevreuse.
Un raid (course multisports) à ne pas manquer !!

– Ton meilleur souvenir?

Un souvenir tout récent puisqu’il s’agit du Semi Marathon de Paris édition 2015, que j’ai couru de la ligne de départ jusqu’à celle de l’arrivée avec Laura, une incroyable coéquipière de la team #boostsentier !

Je considère la course à pied comme un sport où le mental a plus d’importance que la forme physique : exit les équipements, on est solo 11155175_10152813891582671_3283630763444222074_oavec pour seules armes ses baskets et sa détermination.
Ce semi avec donc un goût particulier puisqu’avec Laura nous ne nous sommes pas lâchés d’une semelle. Tout au long des 21kms nous nous sommes soutenus jusqu’à franchir l’arrivée main dans la main.
On était vraiment à bout et le chrono qui affiche 1h32 (record explosé pour tous les deux) en a été la confirmation.

Dans le même esprit, les 20km de course avec Lorry pour l’aider sur le Marathon de Paris était un moment fort !
D’autant plus que l’on se connaissait à peine.

– Et le pire ?

Le cross de Choisy (réputé comme l’un des plus techniques) sur lequel je me suis blessé à cause de semelles mal ajustées et que j’ai fini dans la douleur il y a de ça quelques années.

– La ou les courses ou on est sur de te croiser cette année ?

Le 20 juin je serai en Espagne pour un 10km sur sable à la Aurun Sunset Beach avec Boostsentier.
Ensuite, j’enchaine avec le Triathlon de Paris pour me lancer dans un nouveau challenge.
Je serai aussi de sûr sur le Marathon de Paris 2016(ce sera mon tout 1er) pour lequel j’ai remporté un dossard et sur le Noctiraid qui est la course que j’ai préférée cette année.

En dehors des courses sur route, je vais chercher un trail à faire et me remettre sur piste avec les nuits de Saint Maur pour courir des 1500m et 3000m.

11304350_10206535582807948_418317423_n– Avec toi c’est plutôt cooking ou running en amoureux ?

Running puis non pas cooking mais dégustation de pâtisseries ! Pourquoi choisir ?
Mes devises : « je cours pour manger » et « Life is a bitch, make it sweet »

– Un conseil cooking et un conseil running pour les lecteurs ?

Comme dans la vie, pour bien apprécier le running il faut varier les plaisirs : tentez le raid, le trail, les courses à obstacles. Partez à l’aventure aux quatre coins de la France ou du monde.

 

Merci Nadim de m’avoir donné de ton temps et à bientôt

Une réaction au sujet de « Interview #1 : Nadim »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *