Mec pourquoi tu fais ça ?

Mec pourquoi tu fais ça ?

C’était dimanche, une journée de travail presque comme une autre, on avait envoyé 67 couverts au brunch et j’étais franchement usé de ma journée. Pendant le rangement je discutais avec un commis de nos activités hors du taff nous en venons à ma passion de course à pied et sur l’entraînement à venir (2:00 allure footing, préparation marathon oblige) il me répond :

NON MAIS FRANCHEMENT MEC : POURQUOI TU FAIS CA ?

via GIPHY

Cette phrase m’a trotté dans la tête longuement pendant les deux heures de footing qui ont suivi ma sortie du travail.
j’ai cherché les raisons profondes qui me poussent à enfiler les baskets alors même que je passe une bonne partie de mes journées debout dans un environnement pas toujours simple physiquement (chaleur, stress etc etc…)

Il m’a fallu un peu de kilomètres mais j’ai fini par dégager quelques raisons :

– Parce que mes 50kg de perdus :

Vous êtes nombreux à être au courant, j’ai perdu énormément de poids. Et quand bien même mon régime alimentaire n’est plus aussi sérieux qu’à l’époque ou je voulais perdre du poids, je n’ai aucune envie de retrouver les trois chiffres sur la balance

– Parce que le stress :

La cuisine est un milieu stressant : le coup de feu, l’excitation du service, l’exigeance du chef, la pression des médias (pour certains restaurant) les longues heures a répéter les gestes pour qu’ils deviennent parfaits. brefs ce sont des facteurs qui mis bout à bout engendre un peu (voire a certaine période beaucoup) de stress. la course a pied génère elle de l’endorphine qui me permet de me détendre. Comme un drogué avec son rail, j’ai besoin de cela pour comme diraient les anglais : Blow off the steam

Parce que la prison :

Certains les ont certainement vus passer, j’ai commencer à écrire (pas ici mais sur médium) sur un sujet qui me tient à coeur. J’ai fait quelques mois de détention il y a deux ans et régulièrement ce passé me revient en boomerang. Courir me permet d’atténuer le retour du boomerang et de m’échapper de ce passé pendant le temps de course.

Parce qu’il me faut un projet :

J’ai longtemps été procrastinateur, repousser au lendemain ce que je pouvais faire le jour même était un sport que je considérais olympique. Si j’ai régulièrement des relents de cette époque, notamment les matins de course lorsque le SNOOZE me fait de l’oeil, je me force à aller courir. Pas pour la satisfaction instantanée; plutôt pour la sensation qui me traversera le jour de la course, ce moment ou j’aurai l’impression de maitriser ma course de bout en bout. Voila le projet (encore franchement inachevé)

Parce que Paris est une belle ville :

Polluée, sale, inhospitalière, désagréable, j’entends régulièrement ces adjectifs pour qualifier Paris.
Si on sait s’ouvrir à elle, Paris peut être surprenante, belle, transportante, historique et pourtant si actuelle et surtout multiculturelle. Paris, c’est l’opportunité de passer du bois de boulogne aux parcs à la française en longeant la seine, c’est aller du quartier juif aux quartier chinois en passant par les quartiers chics. Bref si on lève un peu la tête et qu’on ne se concentre pas uniquement sur la paire de chaussure que l’on vient d’acheter, on peut avoir (et on a) de belles surprises a chaque coins de rue.

via GIPHY

ET TOI ? POURQUOI TU FAIS CA ?

via GIPHY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *