Ironman de Nice, une épreuve qui fait mal … Au portefeuille

Ironman de Nice, une épreuve qui fait mal … Au portefeuille

Vous le savez Hippolyte prenait le départ de l’Ironman de Nice Dimanche 24 juin. Un Highlight de sa vie sportive et personnelle, il revient pour nous sur cette course défiant toute concurrence et sa préparation un peu bancale.
Dans les épisodes précédents, Hippolyte nous parlait de sa prépa et des nécessités d’un Ironman ainsi que de son avant-course.

Finir un Ironman avant mes 30 ans, c’était mon rêve et j’avais décidé que je ferai tout pour y arriver.
Comme dirait un fameux proverbe : « c’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses »
Pour finir l’Ironman de Nice j’ai sorti la planche à billet et j’ai dépensé sans vraiment regarder mais en consignant tout pour pouvoir faire les comptes le moment venu.

Je ne parlerai dans cet article de tout ce qui concerne ma préparation physique, mon déplacement à Nice et mon Ironman.
Parce que soyons francs, j’ai déjà eu suffisamment de sueurs froides comme ça. Si je dois ajouter le matériel (dont l’achat a été lissé sur les années précédentes) alors la je crois que vous êtes bon pour m’appeler un cardiologue urgentiste tout de suite.

Je précise également que je ne suis pas licencié, car ayant un travail prenant, je ne peux me libérer sur les horaires des entrainements proposés par la majorité des clubs

Sortez votre MasterCard et votre calculatrice, on y va :

Parce que l’Ironman était mon rêve, je ne voulais pas de n’importe quel triathlon XXL pour ma première expérience… Normal, je rêvais de la phrase « You are an Ironman » … Forcément ça a un coût …

J’ai mis un peu de temps pour m’inscrire (okay début octobre pour Juin ça va non ?) et du coup je me suis retrouvé dans la tranche de tarification la plus chère : 575€ auxquels il faut rajouter 8% de frais de transaction … Ce qui fait la modique somme de 621€ pour accrocher un dossard.

La Franchise Ironman est plutôt Maligne et propose une solution de paiement en 3 fois pour étaler les échéances et que ce soit moins douloureux.

Soit, c’est cher mais tout le monde s’accorde a dire que l’organisation est parfaite alors je consigne dans mon petit cahier et je paye la somme demandée… (Le rêve n’a pas de prix, pour tout le reste il y a MasterCard vous vous souvenez ?)

Par dessus votre dossard vous êtes obligé par la fédération française de triathlon de prendre une licence a la journée… Un moyen simple de se délester de 45€ supplémentaire avant de prendre le départ …

Maintenant qu’on est inscrit faudrait quand même penser a aller faire trempette dans la piscine la plus proche de la maison. Non pas pour regarder les beaux(belles) gosses en maillots, mais plutôt pour habituer son corps à l’effort des 3800m de natation.

J’habite Paris et la mairie offre une solution d’abonnement plutôt avantageuse. Pour la somme de 43€, je bénéficie d’un accès à toutes les piscine parisienne ou presque pendant 3 mois.
On multiplie par 3 pour couvrir la durée de l’entrainement total et on atteint la somme de 129€.

Passons au Vélo. Gros poste de dépense en terme de matériel, les entrainements sont gratuits, en revanche les ravitos, eux, sont payants et une barre de nutrition c’est pas donné … Personnellement j’utilise les Cliff Bars et des pompot’

Pour une sortie de 120k (j’en ai fait 25) je compte 3 cliff bar à 2,50 pièce et 4 pompot à 1,47€ le lot de 4. (Oui Oui j’ai TOUT consigné) ce qui fait une somme de 8,97€ par sortie donc au total 224,25€ pour le solide . Pour l’eau énergétique je prends la poudre Aptonia à 7€ et qui permet de faire 15 gourdes, j’en ai acheté 4 soit 28€.

Et pour la course à pied je tourne à l’eau claire et aux pâtes de fruits maison ce qui me fait des économies

en 8 mois l’entraînement m’a donc couté : 381,25€ sans compter le matériel que j’ai du acheter mais que je pourrai réutiliser sur d’autres courses.
Pour le déplacement 2 solutions s’offraient à moi : le train ou l’avion.

J’ai pris mes billets relativement tôt et j’ai quand même été surpris par le budget a y consacrer.
Je me suis tourné vers l’avion même si la réservation était plus chronophage car le tarif avec vélo en soute était le même que celui du train. 380€ Aller retour (vélo en soute compris).

Pour se rendre dans le centre de Nice le bus coute 6€ soit 12€ pour l’aller et le retour. A paris ma carte Navigo a fait l’affaire.

Pour le logement, toujours deux solutions : Airbnb ou hôtel…

Par commodité, j’ai pris un Airbnb pour pouvoir monter mon vélo tranquillement et être « chez moi » quand je le souhaitais. Par ailleurs la solution hôtelière s’avérait être bien plus chère de 200€ pour la même période.
Je lâcherai finalement 180€ dans mon logement.

Une fois arrivé a Nice, il reste encore a se nourrir du vendredi au lundi, et même quand on fait attention on arrive vite a des sommets quand on est sportif (les pâtes c’est bon mais il en faut beaucoup). Mes repas m’ont couté 50€ et mes petits déjeuner 18€

Ma pension complète fait-maison m’a couté 248€ pour tout le weekend.

Nice c’est beau et la promenade des Anglais pour un Triathlète c’est Disneyland… Et ça la franchise l’a bien compris. Son Ironman expo est un Wonderland pour faire chauffer la carte bleue et j’ai eu beau essayer de résister, j’ai craqué pour un t-shirt souvenir, une gourde, le tout pour la modique somme de 38€

La course s’est bien déroulée mes ravitos à 30€ m’ont bien aidé et j’ai vu l’arrivée. (lien vers mon site)

Mais dès la ligne d’arrivée le diable tentant de me faire dépenser m’a rattrapé alors que je pensais l’avoir chassé au départ.
La médaille remise par une gentille bénévole, celle-ci me glisse que comme c’est mon premier je serai bien aviser de la faire graver avec mon temps au dos.

Boom 15€ dans l’escarcelle du grand argentier Ironman.

Bon Alors Hippo ça t’a couté combien ce rêve ?

Dossard : 621€
Licence journée 40€
abonnement piscine pendant 9 mois 129€
ravitaillement entrainement : 258,25€
billet d’avion : 380€
bus à Nice : 12€
Pension complète à Nice : 248€ (logement plus repas fait maison)
ravitaillement de la course : 30 €
achats de goodies : 38€
Gravure de la médaille 15€

1801€25cts

Si j’avais fait ce calcul avant la course est ce que j’aurai passé mon tour? Cela représente plus qu’un Smic pour se faire mal et plaisir en même temps. On ne peut pas vraiment savoir

Si j’ajoute le matériel, alors on atteint des sommets qui donnent le vertige et je ne suis pas sur que j’ai envie de me faire peur de la sorte.

Morale de l’histoire : Ne pas se lancer dans l’aventure quand on est pas certain de ses finances, tout a un cout et puis finalement c’est MasterCard qui a encore raison.

« Le rêve ça n’a pas de prix, pour tout le reste il y a MasterCard »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *